MÉMOIRES D’HADRIEN: xénocide et héliophage (L’empire du silence)

L’empire du silence, le premier tome d’une vaste épopée de science-fiction écrite par Christopher Ruocchio, est une œuvre très ambitieuse, et assez bien réussi pour un premier roman.

J’ai eu des sentiments mitigés en le lisant. Contrairement à certains lecteurs très élogieux, je ne trouve pas que le roman soit un chef d’œuvre, mais c’est d’une lecture très prenante (malgré certaines longueurs) et je lirais avec plaisir les suites.

S’il fallait chiffrer mon propos, je lui donnerais une note de 3,5 / 5 étoiles, portée à 4 / 5 grâce à sa gestion intelligente de la problématique de “l’estrangement” linguistique et culturelle ouverte par la description de civilisations et de subjectivités très différentes des nôtres.

Je suis d’accord avec de nombreux lecteurs que le roman est très intertextuel, contenant maintes éléments qui rappellent (pour ne pas dire qui imitent) des traits structurels et narratifs importants présents dans les œuvres de ses influences (avouées ou non) et de ses prédécesseurs. S’ il s’agit d’un roman dérivé, au moins il est ambitieusement dérivé, voire multi-dérivé, combinant des éléments tirés de grands modèles tels que L’OMBRE DU BOURREAU (et LE LIVRE DU NOUVEAU SOLEIL en général), LA STRATÉGIE D’ENDER, DUNE, et LES CANTOS D’HYPÉRION).

Certaines caractéristiques structurelles du “world-building” peuvent sembler difficiles à avaler pour certains lecteurs, comme la possibilité réelle d’un empire galactique capable de cohérer malgré les décennies nécessaires pour voyager entre les étoiles. Néanmoins, le concept de dette temporelle qui s’impose pour décrire les “déficits de temps” subis par les voyageurs inter-stellaires fait également partie intégrante de la saga Hypérion de Dan Simmons, sans plonger la structure politique dans l’incohérence. Christopher Ruocchio tente de compenser ces pertes de temps en posant la très grande longévité de la caste dirigeante palatine.

La première partie de L’empire du silence peut sembler longue et et verbeuse, et notre narrateur Hadrien Marlowe est complaisant envers lui-même. Cependant, il n’y a pas de “syndrome de Chekov” à déplorer, car tout ce qui est présenté dans cette première partie est repris efficacement dans le dernier tiers du livre. et tout contribue intégralement au déroulement de l’histoire.

De même, le fait de commencer par la fin, avec la représentation mélodramatique faite par Hadrien de lui-même comme Xénocide et Dévoreur du soleil, ne gâche pas l’intrigue, mais éveille notre intérêt pour une histoire qui commence assez banalement comme le récit d’une intrigue familiale formulaïque et terne. Grâce à ce début “divulgacheur” nous voulons suivre le Bildungsroman jusqu’au bout pour voir comment Hadrien passe du pathétisme œdipien au pathos cosmique.

La tentative de nous faire ressentir de l’empathie pour les Cielcin tout en soulignant leur caractère d’alien est originale et bien gérée, tout comme les présentations des différentes “cages” existentielles et politiques dans lesquelles le narrateur était confiné.

Le mystère autour des “Quiet” (des aliens dont les mystérieux habitats noirs constituent un rappel de plus d’HYPÉRION) et le désir de voir plus d’interactions d’Hadrien avec les inquiétants Cielcin suffisent à me donner envie de lire les suites, malgré mes sentiments mitigés concernant le cadre stéréoptypique sous-jacent rempli de tropes familiers. Quant au seul protagoniste, Hadrien, il n’est qu’à moitié sympathique.

Il s’agit d’une fiction spéculative de “fusion”, l’accent étant parfois davantage mis plus sur la fusion que sur la spéculation. Néanmoins, assez souvent pour éveiller notre sentiment d’émerveillement et maintenir notre intérêt, c’est l’élément spéculatif qui domine.

Pour aller plus loin:

Empire of silence – Christopher Ruocchio

L’empire du silence – Christopher Ruocchio

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s